Dynasties chinoises

XIA            

3e millénaire-18e s. av. J.-C

SHANG

18e s.-16 s. av. J.-C.

ZHOU        

11e  s. av. J.-C. — 256 av. J.-C.

Zhou occidentaux (11e s. av. J.-C.-771 av. J.-C.)
Zhou orientaux (770-256 av. J.-C.)

QIN            

221-207 av. J.-C. (premier empereur)

HAN           

206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.

Han occidentaux (206 av. J.-C.-9 ap. J.-C.)
             Xin de Wang Mang (9-23)
Han orientaux (25-220)

WEI            

200–265 (Trois Royaumes)

JIN 

occidentaux  265–316

Dynasties du nord et du sud    317-589

Nord  

Touba Wei
            Wei orientaux et occidentaux

Qi du Nord
Zhou du Nord

 Sud  

Jin orientaux
Liu Song
Qi
Liang
Chen

SUI            

581-618

TANG        

618–907

Le premier moine chrétien connu à avoir demandé de s’établir en Chine était un persan nestorien en 635. Trois années plus tard, la demande fut acceptée par l’empereur Tang Taizong.
Ses activités sont connues par une stèle érigée le 7 janvier 781. :

Cette stèle, aujourd’hui à Xi’an, décrit en syriaque et en chinois, les cent cinquante premières années de l’histoire du christianisme en Chine : Stèle nestorienne (page externe)

Cinq dynasties

907–960 (période de divisions)

SONG       

960–1279

Song du Nord (960-1127)
                      Liao (Khitan en Mongolie, 916-1125)

Song du Sud (1127-1279)
                      Jin (Jürchen en Mandchourie, 1 I 15-1234)

YUAN       

1264-1368  (dynastie mongole)

MING        

1368-1644

Matteo RICCI en Chine du 7 août 1582 (arrivée à Macao) au 11 mai 1610 (date de sa mort). L’Empereur Wanli lui concède un terrain pour sa sépulture. Une stèle toujours honorée à Pékin lui est érigée.

Voir mes notes de lecture, archives 2016.

Le Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise est composé de sept volumes de plus de 1 200 pages chacun, recensant 13 500 sinogrammes, et environ 300 000 entrées de termes ou expressions. Le 11 mai 2010, une version DVD a été présentée en première mondiale au Musée de Shanghai.

QING

1644-1912 (dynastie mandchou)

1692 L’empereur Kangxi, satisfait de sa collaboration avec les missionnaires, édicte ce qu’on a appelé l’« édit de tolérance » envers la religion chrétienne, reconnaissant ainsi une coexistence pacifique avec l’état.
1717 : L’édit de tolérance est révoqué par le même empereur Kangxi, mécontent de la décision papale.
1724: Le gouvernement Qing déclare le christianisme illégal car secte perverse et doctrine sinistre.

RÉPUBLIQUE DE CHINE

1912 (transférée à Taiwan depuis 1949)

RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE

1949

Sources : Matteo Ricci par Michela Fontana, édition Salvator,
La Chine pour les nuls par Angelina Boulesteix, First Editions.

Laisser un commentaire