Dynasties chinoises

Empereurs légendaires
Dynastie Xia

La légende

L’empereur jaune Huangdi, demi frère immortel de Shennong défait Chiyou qui voulait empêcher le soleil de se lever. Se suivent alors les quatre empereurs Zhuanxu, Ku, Yao et Shun, dont les deux derniers subissent les dégâts destructeurs d’un terrible déluge. 

Yu le Grand, aux pouvoirs surnaturels et avec l’aide d’un dragon construit avec succès les canaux nécessaires à l’évacuation des eaux … Il organise le monde en 9 provinces puis prend la succession sur le trône de Shun fondant ainsi la première dynastie Xia.

Dynastie Xia

3e millénaire-18e s. av. J.-C
Dynastie fondatrice, mythe ou réalité ? On ne sait pas trop.
Son existence réelle, sans traces archéologiques connues, reste incertaine.  

Dynasties attestées

Shang  1767-1045 av. J.C.

31 souverains hypothétiques.

Âge du bronze. Traces d’écriture sur carapaces de tortues. Cratères tripodes en bronze. Divination sur craquelures d’os et de carapaces.

Zou  1045-206 av. J.C.

    • Zhou occidentaux jusqu’en 771 av. J.-C.
    • Zhou orientaux jusqu’en 256 av. J.-C.

Dès leur installation les Zou de l’ouest mettent en place une bureaucratie centralisée.
À partir de 481 av. J.C. débute une période trouble connue sous le terme des Royaumes Combattants qui prendra fin à l’unification des royaumes par la dynastie Qin. Les Zou, cependant, font de grands progrès techniques et philosophiques : Confucius, le Tao, « enseignement de la voie » principe à l’origine de toute chose

Quin  221-207 av. J.-C.

L’Empire du Milieu

Empereur fondateur, Quin Shi Huangdi, bénéficie de l’apport philosophique de la période des Zou. Il se présente réellement comme un bâtisseur d’Empire, le premier qui marque durablement la Chine. En unifiant les royaumes qui l’entourent il fonde l’Empire du Milieu, un nom qui lui survivra.

HAN  206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C.

    • 28 empereurs à la suite de Liu Bang le fondateur.
    • Han occidentaux (206 av. J.-C.-9 ap. J.-C.)
    • Xin de Wang Mang (9-23)
    • Han orientaux (25-220)

Une institution bi-millénaire
Dynasties Contemporaines de l’empire romain, elle déplace la capitale de X’ian (Chang’an au centre) à Luoyang, dans le Hunan et instaure pour deux millénaires le système des examens impériaux aboli en 1905.

WEI  200–265

Trois Royaumes

JIN occidentaux  265–316

Dynasties du nord et du sud  317-589

Nord 317-589

    • Touba Wei
    • Wei orientaux et occidentaux
    • Qi du Nord
    • Zhou du Nord
    • JIN  occidentaux  265-316

Sud

    • Jin orientaux
    • Liu Song
    • Qi
    • Liang
    • Chen

 

SUI – 581-618

Une des plus courte mais très influente fondée par le Général Yang Jiang sous le nom de Sui Wendy entreprend des transformations essentielles

    • réformes la monnaie et de l’administration centrale
    • rénovation et expansion de la Grande Muraille
    • Construction du Grand Canal

TANG – 618-907

Elle débute par l’assassinat du dernier Sui pour l’accès au trône de Li Yuan sous le nom de Tang Gaozou qui conduit à un âge d’Or de la Chine médiévale par un rayonnement inestimable.

    • adoption du Boudhisme
    • démographie explosive
    • arts florissants

Chrétien en Chine

Le premier moine chrétien connu à avoir demandé de s’établir en Chine était un persan nestorien en 635. Trois années plus tard, la demande fut acceptée par l’empereur Tang Taizong.

Une stèle relate ses activités.

Cette stèle, érigée le 7 janvier 781, aujourd’hui à Xi’an, décrit en syriaque et en chinois, les cent cinquante premières années de l’histoire du christianisme en Chine : Stèle nestorienne (page externe)

 

Cinq dynasties   907-960

Courte période de divisions sur deux générations.

 

SONG  960-1279

    1. Song du Nord (960-1127)  Liao (à Khitan en Mongolie de 916 à 1125)
    2. Song du Sud (1127-1279)  Jin (à Jürchen en Mandchourie de 1115  à 1234)

Bureaucratie stable,
naissance d’une économie basée sur les marchands,
industrialisation par l’usage du fer,
inventions (imprimerie, poudre et canons, ponts en arc).

YUAN 1264-1368 

Dynastie mongole (pour les chinois : les barbares aux manettes). Kubilaï Khan, à la tête des tribus mongoles, écrase les Jin du nord et s’auto-déclare dynastie Yuan sous le nom de Yuan Shizu.

Ouverture vers l’extérieur. Deux émissaires de St Louis roi de France et du Pape, ainsi que Marco polo sont reçus par l’Empereur en personne.

MING – 1368-1644

En 1402, à l’issue d’une longue guerre civile, le prince Yan renverse le successeur de l’empereur Hongwu et devient lui-même empereur sous le nom de Zhu Di, plus connu sous le nom Yonglo.
Zheng He a participé à toutes ses campagnes, jouant un rôle important dans la prise de Nankin. Eunuque et musulman, c’est pourtant désormais l’un des plus proches conseillers du nouvel empereur.

Zheng He
« Amiral des Mers de l’Ouest »
Principal artisan de la première expansion chinoise, les voyages de Zheng He ont devancé d’un siècle ceux de Christophe Colomb, de Vasco de Gama et de Magellan.

Le 11 juillet 1405, une flotte gigantesque quitte le port de Longkiang, à l’embouchure du fleuve Bleu, et met le cap sur l’océan Indien : 200 navires, 27.000 hommes embarqués, soldats mais aussi astrologues, médecins, juristes, interprètes et lettrés… Jamais encore on n’avait vu une telle armada prendre la mer ! En tête de la flotte, le vaisseau amiral. Long de 140 mètres, large de 58 mètres, ce navire de 12 mâts jaugeant 1.500 tonneaux est sans doute l’un des plus grands jamais construits. Sur le pont, un géant de près de 2 mètres crie ses ordres d’une voix puissante. Son nom : Zheng He. Nommé  » amiral des mers de l’Ouest  » par l’empereur de Chine, il a reçu mission de faire connaître aux pays situés  » au-delà de l’horizon  » toute la puissance de l’empire du Milieu. En ce début de XVe siècle, la Chine fait une entrée spectaculaire sur la scène internationale.

Extrait Les Echos 2007

Matteo RICCI
Un jésuite à la cours des Ming
En Chine du 7 août 1582 (arrivée à Macao)
au 11 mai 1610 (date de sa mort).
Chronologie de sa vie.

L’Empereur Wanli lui concède un terrain pour sa sépulture. Une stèle toujours honorée à Pékin lui est érigée. Voir archives 2016, notes de lecture.

Le Grand dictionnaire Ricci de la langue chinoise est composé de sept volumes de plus de 1 200 pages chacun, recensant 13 500 sinogrammes, et environ 300 000 entrées de termes ou expressions. Le 11 mai 2010, une version DVD a été présentée en première mondiale au Musée de Shanghai.

Notes de lecture « La fin des Ming »

QING – 1644-1912 (dynastie mandchou)

Les débuts

1692 : édit de tolérance. L’Empereur Kangxi, satisfait de sa collaboration avec les missionnaires Verbiest et Gerbillon, édicte ce qu’on a appelé l’édit de tolérance envers la religion chrétienne, reconnaissant ainsi une coexistence pacifique avec l’état.
1717 : révocation de l’édit de tolérance. Le même empereur Kangxi, mécontent de la condamnation formelle des rites chinois par le pape Clément XI réagit le 17 mai 1717 par un édit qui interdit la prédication du christianisme dans tout l’empire.
1724 : bannissement. Le gouvernement Qing, Après la mort de Kangxi (1722) le nouvel empereur Yongzheng déclare le christianisme illégal car secte perverse et doctrine sinistre, la plus pernicieuse de toutes les fausses doctrines.

Rivalités internes au Vatican et rupture avec la Chine : 
Mes notes : « La querelle des rites »
Wikipédia liste des 12 Empereurs Qing
Par Le Média de l’Histoire : herodote.net

Évariste Huc
Une incroyable épopée en Chine au milieu du 19e siècle de 1840 à 1852.

La fin des Qing

1912 …

République de Chine   1912 –

Transférée à Taïwan depuis 1949

République Populaire de Chine    1949 –

    • La Longue Marche de Mao Zedong.
      Glorieuse bataille de la traversée du pont de Luding sur la rivière Dadu.
    • Le Grand bond en avant et les, peut-être, 40 millions de morts.
    • Gardes Rouges et révolution Culturelle
    • Deng Xiaoping (1904-1997) devenu le leader suprême de la Chine en décembre 1978 lance la « Réforme et Ouverture » des années 80

Sources :
Matteo Ricci par Michela Fontana, Éditions Salvator
La Chine pour les Nuls par Angélina Boulesteix, First Éditions

 

Laisser un commentaire